Travaux d'été

L'apparence de mon blog ayant récemment commencé à me sortir par les yeux, ma motivation à vous écrire mes chroniques a peu à peu baissé (et votre motivation à me lire aussi, par la même occasion, ce que je comprends parfaitement). Afin de ne pas finir par me couper totalement l'envie d'entretenir ce blog, j'ai décidé de faire une pause, le temps de lui faire subir un ravalement de façade complet et de vous offrir un blog tout beau, tout neuf et qui motive (presque) tout le monde!

Je serai donc de retour très bientôt pour de nouvelles aventures!

Daphné

lundi 16 janvier 2017

[Cinéma n°4] Assassin's Creed

Assassin's Creed

Réalisé par Justin Kurzel
Film franco-américain
Date de sortie en France: 21 décembre 2016
Durée: 1h56min
Genre: Action, Science-fiction
Avec: Michael Fassbender, Marion Cotillard, Jeremy Irons

Synopsis:
Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre, Aguilar, dans l'Espagne du XVe siècle. Alors que Callum découvre qu'il est issu d'une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation: l'Ordre des Templiers.


Film vu le: 8 janvier 2017
Langue: VF

Un film avec des très bons effets spéciaux, beaucoup d'action et une partie historique qui tient à peu près la route. Tout était réuni pour que ça soit un coup. Sauf que ça n'a pas marché. Je ne saurais même pas expliquer pourquoi, en fait. J'ai apprécié le film mais je n'étais pas complètement embarquée dans l'histoire. Le personnage joué par Marion Cotillard m'a donné envie de lui coller des baffes pendant deux heures et la fin a été un peu brouillon. Quand le film s'est terminé, la première chose que je me suis dit a été "Okay, j'ai pas tout compris là". C'est peut-être ça qui m'a dérangée au final: ces histoires d'Ordre des Templiers, d'Assassins et de remède à la violence se sont embrouillées dans ma tête et du coup je ne savais plus trop où j'en étais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire