Bienvenue sur mon blog, mélange de pages, de films et de voyages. Sans parler d'une pincée de magie!

Vous pourrez trouver mes avis sur mes lectures, les films et séries que j'ai vus et parfois même de choses qui m'ont marquées, tout simplement.

Vous trouverez sous ce texte un lien pour accéder à la liste des chroniques présentes sur mon blog, classées par ordre alphabétique du nom d'auteur.

Bonne exploration de mon monde, bonnes lectures si vous lisez et n'oubliez pas de sourire!

Daphné

Liste de chroniques

15 sept. 2017

1984



Roman écrit par Georges Orwell
Publié chez Penguin Books
Lu en Anglais (UK) - 326 pages

"Nobody heard what Big Brother was saying. It was merely a few words of encouragement, the sort of words that are uttered in the din of battle, not distinguishable individually but restoring confidence by the fact of being spoken. Then the face of Big Brother faded away again and instead the three slogans of the Party stood out in bold capitals:
WAR IS PEACE
FREEDOM IS SLAVERY
IGNORANCE IS STRENGHT"
Partie I, Chapitre 1


Si vous suivez un minimum l'actualité, vous avez peut-être entendu parler de ce livre après l'investiture de Donald Trump. Une histoire de désaccord entre sa conseillère et le porte-parole de la maison blanche quant aux nombre de personnes présentes à l'investiture. Bref, je ne vais pas rentrer dans les détails et me mettre à parler politique mais cet article, lu récemment dans Le Monde, explique rapidement mais assez bien pourquoi les ventes de ce livre, assez loin d'être récent, ont explosées depuis l'élection de Trump - et pourquoi les dystopie en général séduisent beaucoup les lecteurs. C'est un livre que je voulais lire depuis un moment, de toute façon, puisqu'il s'agit quand même d'un classique de la littérature britannique.

Le monde tel qu'on le connaît n'existe plus. 1984 nous décrit une Grande-Bretagne qui appartient à l'Océanie, un des trois blocs totalitaires dans ce roman, où une dictature, inspirée du stalinisme et du nazisme, surveille et contrôle absolument tout. Plus de secrets, plus de vie privée. Même le passé est modifié pour toujours être en accord avec les annonces et prédictions de Big Brother et l'amour interdit. Big Brother is watching you!

J'ai été prise dans l'histoire dès le début. Déjà, parce que c'est une dystopie et, qu'en général, j'adore ce genre littéraire (je prie quand même très fort pour que personne ne prenne ces idées au sérieux et les mette en place). Chose étrange, je n'ai pas eu un attachement profond aux personnages. mais plutôt à l'histoire. Enfin non, je ne suis pas attachée à la dictature en place dans ce livre mais j'étais captivée, dans le sens horrifiée, par l'environnement dans lequel évoluent les personnages. C'est complètement oppressant. A la place de n'importe lequel des personnages, je me serai sentie comme enfermée dans une cage.

Malheureusement, une grosse cassure de rythme à la fin de la partie II est venue gâcher ma lecture. Même si ça explique enfin comment cette dictature fonctionne, c'est beaucoup trop d'un coup. On passe de la vie de Winston et de sa liaison illégale avec Julia à 20 ou 30 pages de description quasiment non-stop. J'avais l'impression de lire un livre d'histoire, ça a complètement détruit mon envie de lire ce livre. Et même après ce passage, ça a été dur de rentrer de nouveau dans l'histoire. Et pourtant, il s'en passe des choses dans la Partie III!

J'ai malgré tout beaucoup aimé lire un livre qui relève de la science-fiction (donc un peu futuriste) mais qui se passe dans le passé pour nous. En effet, ce roman a été publié en 1949 mais l'histoire se passe en... *roulement de tambours* 1984!

VF: 1984 de Georges Orwell

Challenge 50 romans en 2017 40/50

4 commentaires:

  1. Il ne m'a jamais tenté mais tant mieux si il t'a plu ^^
    Je pense que c'est une lecture importante mais bon j'ai peur de ne pas du tout accrocher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, j'ai toujours peur aussi quand je commence un "classique". Toujours peur de m'ennuyer alors que souvent j'ai vraiment de bonnes surprises! :)

      Supprimer
  2. En définitive, quel que soit le temps de sa narration (une nouvelle traduction utilisant le présent vient d’être publiée), « 1984 » reste une des meilleures dystopies jamais écrites, un récit glaçant car tout un chacun sait qu’il ne faudrait pas grand chose pour que le monde qui y est décrit devienne réalité…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait! C'est d'ailleurs la dystopie qui m'a le plus angoissée dans toutes celles que j'ai lu car j'ai trouvé, comme tu dis, qu'il ne faudrait pas grand chose pour qu'on tombe dans ce système là. Et c'est vraiment flippant.

      Supprimer