23 sept. 2017

The Grapes of Wrath



Roman écrit par John Steinbeck
Publié chez Penguin Books
Lu en Anglais (USA) - 619 pages

"66 is the path of a people in flight, refugees from dust and shrinking land, from the thunder of tractors and shrinking ownership, from the desert's slow northward invasion, from the twisting winds that howl up out of Texas, from the floods that bring no richness to the land and steal what little richness is there. From all of these the people are in flight, and they come into 66 from the tributary side roads, from the wagon tracks and the rutted country roads. 66 is the mother road, the road of flight."
Chapitre 12

The Grapes of Wrath, c'est l'histoire de la famille Joad, contrainte de quitter les terres sur lesquelles ils vivent depuis plusieurs générations, en Oklahoma. A cause des difficultés économiques et d'un monde agricole en plein bouleversement, notamment avec l'arrivée des tracteurs, cette famille quitte tout et prend la route de la Californie, où le travail semble y être en abondance. Malheureusement, ils ne sont pas les seuls à fuir la misère de la Grande Dépression (1929) et à partir chercher une vie meilleure loin de chez eux.

Vous l'avez sûrement compris, ce n'est pas le livre le plus fun à lire mais le côté historique m'a beaucoup plu. Vous savez que j'adore apprendre l'Histoire dans les livres que je lis. Celui-ci ne fait pas exception et m'a appris beaucoup de choses! J'ai notamment été assez choquée par le traitement que ces gens qui ont tout quitté pour tenter de survivre reçoivent une fois arrivés en Californie. Ça m'a vraiment fait penser à la manière dont certaines personnes traitent les réfugiés de nos jours. Sauf que dans le cas de ce roman, ils sont réfugiés dans leur propre pays.

Au niveau des personnages, je me suis particulièrement attachée à deux d'entre eux: Tom Joad (junior) et sa sœur Rose of Sharon (Rosasharn, pour les intimes). Tom est quasiment le premier personnage à apparaître dans l'histoire. Sortant tout juste de quatre ans de prison, c'est en fait un gars adorable mais qui a ses démons. Il ne faut clairement pas l'embêter. Quant à Rosasharn, elle est enceinte jusqu'aux yeux et ne semble vivre qu'autour de son bébé (et de son mari Connie). En fait, je ne me suis pas vraiment attachée à elle mais elle m'a beaucoup intriguée. Surtout dans les dernières pages.

En revanche, malgré mon habitude de lire en VO, j'ai eu du mal au début car Steinbeck a écrit les paroles des personnages de manière orale, c'est à dire en écrivant ce qu'on entendrait en les écoutant parler. Et vas-y que j't'enlèves la moitié des mots! Mais bon, on finit par s'habituer et à la fin, ça ne me posait plus de problème. Mais ça surprend!

C'est un livre que je recommande si on s'intéresse à l'histoire des Etats-Unis. Steinbeck a un construit ce livre de façon à ce que chaque chapitre de récit (souvent très long) soit suivi d'un chapitre de description pure: paysage, ambiance...etc, ce qui en fait un roman assez complet sur l'exode vers l'Ouest d'une partie des américains.


VF: Les Raisins de la Colère de John Steinbeck

Baby-challenge Classique 8/20
Challenge 50 romans en 2017 41/50


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire